Hent de Vries, « le miracle au centre de l’ordinaire », 2 et 3 mai 2011, FUSL

La prochaine chaire de l’Ecole des sciences philosophiques et religieuses des Facultés universitaires Saint- Louis aura lieu les 2 et 3 mai prochains, de 14h00 à 17h00 et de 18h00 à 21h00, nous aurons l’honneur d’entendre

Monsieur Hent de Vries,

pour un cycle de conférences intitulé :

Le miracle au centre
de l’ordinaire : méditations
philosophiques et politiques

Les séances auront lieu au Local P61 (FUSL,  Boulevard du Jardin Botanique, n°43, 1000 Bruxelles, 6ème étage).

Ce séminaire se propose d’analyser les nouvelles définitions du concept et du fait religieux dans la philosophie contemporaine, l’anthropologie et les études de médias et d’interroger leur pertinence pour comprendre la relation structurale entre les phénomènes d’une religion globalisée et les nouvelles technologies de la communication. Cette analyse comporte trois axes de réflexion : 1) les théologies du miracle, 2) les philosophies de l’événement, et 3) les théories des effets spéciaux. Les conférences s’articulent autour de deux hypothèses. D’une part, l’hypothèse que les « effets spéciaux » doivent être situés dans le contexte de la tradition religieuse, notamment celle du miracle et, d’autre part, que le miracle a toujours été caractérisé par une certaine «mécanicité» ou technicité. Parler des effets spéciaux en termes de miracles implique une généralisation de l’usage du terme de religion – de ses concepts, de son imaginaire, de son archive sémantique et figurale –, jusqu’à inclure presque tout ce qui, à des moments différents, s’est détaché du religieux (ou ce que la religion a essayé de mettre à distance). De manière analogue, parler de miracles en termes d’effets spéciaux revient à problématiser le sens et la portée non seulement de la religion, mais aussi le statut ontologiquement indépendant de ses alternatives supposées (la magie, la technologie). Par conséquent, l’opposition simple entre deux registres – la religion et les médias – qu’on voudrait conceptuellement et empiriquement distinguer l’un de l’autre se révèle problématique. Il est donc urgent de poser à nouveau la question du rapport plus complexe entre ces deux termes de l’analyse proposée, en particulier entre ce qu’on appelle un miracle et un effet spécial. Mais est-ce que ces deux axes du projet peuvent s’articuler avec l’aide d’une philosophie de l’événement «laïcisé» – en général ?

Monsieur Hent de Vries est professeur à la Johns Hopkins University. Spécialiste des questions de philosophie de la religion, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels : Philosophy and the Turn to Religion (Johns Hopkins UP, 1999, 2000), Religion and Violence : Philosophical Perspectives from Kant to Derrida (Johns Hopkins UP, 2002, 2006), Minimal Theologies : Critiques of Secular Reason in Theodor W. Adorno and Emmanuel Levinas (Johns Hopkins UP, 2005).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :