I. Kalinowski, FUSL, 5 et 12/12/2011

30 novembre 2011

L’Ecole des sciences philosophiques et religieuses des Facultés universitaires Saint-Louis aura l’honneur de recevoir, dès ce lundi 5 décembre, Mme Isabelle Kalinowski (CNRS) pour la chaire de sciences des religions qu’elle a intitulée « Max Weber et la sociologie religieuse de l’amour ». L’horaire de cette chaire est le suivant : lundi 5 décembre, de 9h30 à 12h30 et de 14 h à 17 h ; lundi 12 décembre de 9h30 à 12h30 et de 14 h à 17 hLes séances auront lieu au local P61 (Facultés universitaires Saint-Louis, Boulevard du Jardin Botanique, n°43, 1000 Bruxelles, 6ème étage). La participation à cette chaire est libre et gratuite.

La sociologie religieuse de Max Weber ne prend pas seulement les théologies pour objet ; en les explorant, elle forge aussi pour la sociologie des outils conceptuels largement inspirés des modèles théologiques et de leur approche systématique et longuement éprouvée des pratiques humaines. Le lien entre sociologie et théologie se noue dans un niveau précis d’articulation de l’empirie et du concept, et de circulation entre les deux. Les quatre leçons sur « Max Weber et la sociologie religieuse de l’amour » illustreront cette double orientation. Weber historise l’amour comme phénomène social en dégageant les acceptions spécifiques que lui ont conféré les grandes religions ; mais il développe aussi, à partir de cette thématique de sa sociologie religieuse, une réflexion sur les modalités d’appréhension, en sociologie, de la causalité, de l’action ou encore de l’affect. Les quatre séances, fondées sur le corpus des études de sociologie des religions de Weber, porteront successivement sur 1. L’acosmisme de l’amour (christianisme oriental et bouddhisme) ; 2. Le non-amour (puritanisme) ; 3. Le conflit de l’érotisme et de la religion ; 4. La fraternité.

Isabelle Kalinowski, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégée et docteur de lettres allemandes, est chargée de recherche au CNRS. Elle travaille à Paris au sein du laboratoire « Pays germaniques : histoire, culture, philosophie » de l’Ecole Normale Supérieure. Spécialiste de l’œuvre de sociologie religieuse de Max Weber, elle a publié de nouvelles traductions commentées de L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme (Champs Flammarion 2000), Hindouisme et bouddhisme (2003), Sociologie de la religion (2006), Le Judaïsme antique (2010). Auteur, en 2005, des Leçons wébériennes sur la science et la propagande (Marseille, Agone), elle prépare actuellement un livre intitulé Le charisme. Lecture de Max Weber et une anthologie des textes de Max Weber sur le charisme.


M. Coratolo: « L’équivalence intentionnalité-phénoménalité chez Husserl », ULg, 01/12

27 novembre 2011

*Séminaire de phénoménologie 2011-2012: L’expérience subjective. Approches phénoménologiques de la conscience phénoménale*

PROCHAINE SEANCE PREPARATOIRE AU WORKSHOP D’AVRIL

Jeudi 1/12/11, 14-16h (Université de Liège, local A2/2/3): M. Coratolo: « L’équivalence intentionnalité-phénoménalité chez Husserl »

Résumé – Comme on l’a vu dans la dernière séance préparatoire (17/11/2011), les partisans de l’intentionnalité phénoménale visent à la réactualisation d’une perspective phénoménologique (brentano-husserlienne) en philosophie de l’esprit. Je commencerai par faire un bref résumé des thèses principales, puis  j’en montrerai certaines difficultés qui, à mon avis, peuvent trouver une voie d’issue via la théorie husserlienne de l’intentionnalité. C’est dans le cinquième chapitre des Recherches Logiques que Husserl développe sa théorie de l’intentionnalité, en refusant certains aspects fondamentaux de la thèse brentanienne sur l’intentionnalité. D’après Husserl, ce n’est pas l’objet visé ou ses propriétés qui représentent l’intentionnalité d’un acte : « L’intentionnalité d’un acte est une caractéristique phénoménologique de l’acte même, une caractéristique que l’acte a uniquement en vertu de sa structure interne, de son contenu phénoménologique ».  De plus, Husserl a une idée de la phénoménologie qui est plus vaste que ce qu’est la phénoménologie dans la philosophie de l’esprit actuelle. Chez Husserl, elle ne se limite pas à une description subjective des sensations ou de l’effet que cela fait (what it is like). Sa doctrine de l’intentionnalité est une partie intégrante d’une théorie phénoménologique de l’esprit où les problèmes de l’intentionnalité ne sont pas des problèmes sur le type d’objets que les actes visent, mais plutôt des problèmes sur la nature de la conscience elle-même.

Programme complet sur http://www.pheno.ulg.ac.be/colloques/201204-conscience/fr/


Séminaire 2011-2012 « Vulnérabilité et pragmatisme », Université catholique de Lille

23 novembre 2011

Le Centre d’Ethique Médicale (Université catholique de Lille) organise, depuis le 6 octobre 2011, un séminaire mensuel de recherche en partenariat avec la plateforme européenne de recherche et de concertation en éthique de l’Université Paris Sud, le Pôle de recherche en éthique de la santé de l’Université Catholique de Louvain et les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur sur le thème :

Vulnérabilité et Pragmatisme : en quoi le pragmatisme nous permet-il d’appréhender les enjeux éthiques soulevés par la vulnérabilité dans le champ de la santé ?

 Comme dans le champ de la réflexion bioéthique et du progrès lié aux avancées des découvertes scientifiques, les premiers pragmatistes ont été les témoins des transformations importantes du dernier siècle au niveau économique, social, politique et technologique. Aujourd’hui encore la pensée pragmatiste cherche à penser les conditions pratiques d’une démarche éthique prenant en compte ces évolutions.

Associant cette approche à la considération croissante des enjeux humains liés à la vulnérabilité du sujet dans le champ de la relation médicale, mais aussi dans celui de la participation sociale et politique des personnes plus vulnérables, le séminaire entendra tester une diversité de réponses pragmatistes apportées à ces questions en rapport avec la problématique des fragilités contemporaines.

Télécharger le programme en PDF: Programme séminaire_vulnérabilité et pragmatisme_VDeflivretx

Pour toute information, vous pouvez joindre le coordinateur du séminaire, David Doat à l’adresse : david.doat@icl-lille.fr

Le programme complet est joint.


Chaires de Philosophie FUSL, Renaud Barbaras, 28-29/11/2012

22 novembre 2011

L’Ecole des sciences philosophiques et religieuses aura l’honneur de recevoir, la semaine prochaine, M. Renaud Barbaras (Paris I) pour la chaire de philosophie qu’il a intitulée “Dynamique de la manifestation. Phénoménologie, cosmologie, métaphysique”.

L’horaire de cette chaire est le suivant : lundi 28 novembre, de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00 ; mardi 29 novembre de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00. Les séances auront lieu au local P61 (Facultés universitaires Saint-Louis, Boulevard du Jardin Botanique, n°43, 1000 Bruxelles, 6ème étage). La participation à cette chaire est libre et gratuite.

L’a priori universel de corrélation entre l’étant transcendant et ses modes de donnée subjectifs dessine le cadre minimal de toute démarche qui se revendique de la phénoménologie. Son objet propre est alors de caractériser à la fois la nature exacte de la corrélation et le sens d’être des termes en relation, à savoir du sujet et du monde. Le but de ces leçons est de montrer qu’une analyse rigoureuse de la corrélation se déploie nécessairement à trois niveaux et que la phénoménologie est comme vouée à se dépasser elle-même vers une cosmologie et une métaphysique. La corrélation phénoménologique d’un sujet qui est désir et d’un monde qui est profondeur suppose leur appartenance commune à une physis, dont la description relève d’une cosmologie. Mais la différence du sujet, sans laquelle il n’y a pas de corrélation, renvoie elle-même à une scission plus originaire encore qui affecte le procès même de la manifestation et ouvre l’espace d’une métaphysique. Nous montrerons donc que la phénoménologie s’accomplit sous la forme d’une dynamique de la manifestation pour autant qu’il s’agit pour elle de penser le mouvement sous la triple figure du désir qui traverse notre existence, de l’archi-mouvement de la manifestation et de l’archi-événement de la scission.

Renaud Barbaras est professeur de philosophie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur associé aux Archives Husserl et membre de l’Institut Universitaire de France.

Il a publié notamment De l’être du phénomène – Sur l’ontologie de Merleau-Ponty (Grenoble, Millon, 1991), La perception – Essai sur le sensible (Paris, Hatier, 1994, Vrin, 2009), Le tournant de l’expérience – Recherches sur la philosophie de Merleau-Ponty (Paris, Vrin, 1998), Le désir et la distance – Introduction à une phénoménologie de la perception (Paris, Vrin, 1999), Vie et intentionnalité – Recherches phénoménologiques (Paris, Vrin, 2003), Introduction à la philosophie de Husserl (Ed. de la Transparence, 2004, 2008), Le mouvement de l’existence. Etudes sur la phénoménologie de Jan Patočka (Ed. de la Transparence, 2007), Introduction à une phénoménologie de la vie (Paris, Vrin, 2008) et, tout récemment, L’ouverture du monde. Lecture de Jan Patočka (Ed. de la Transparence, 2011) et La vie lacunaire (Vrin, 2011).


Femme, Eros et Philosophie, LLN, 6-7/12/2011

21 novembre 2011

Colloque transdisciplinaire et international

Femme, Eros et Philosophie :

Identité féminine, bio-pouvoir du discours et éros philosophique

6 et 7 décembre 2011

Louvain-la-Neuve (Belgique)

 

Ouverture le mardi 6 décembre 2011 à 9h15.

Auditoire Socrate 21, Place Cardinal Mercier, 14, B-1348, Louvain-la-Neuve

À l’heure où divers discours suggèrent un « retour du féminin », et alors que certains suggèrent que ce « féminin » de l’Être relève d’une forme spécifique d’amour érotique, la philosophie académique est amenée à se positionner.  Dans quelle mesure peut-on affirmer que le rapport de la femme au monde, au corps, à l’amour, à la spiritualité, à la vérité ou à la sagesse diffère de celui de l’homme?  Et si parler d’une essence du féminin ou de la femme peut faire sens pour nous aujourd’hui, que risque une philosophie académique (héritière d’habitudes épistémologiques culturellement patriarcales) à penser une sagesse proprement féminine?

À quoi pourrait ressembler une philosophie qui reconnaîtrait une spécificié au féminin? Une éro-sophie est-elle concevable?  L’arrivée des femmes en philosophie doit-elle se traduire par une féminisation de la philosophie? Par une masculinisation de la féminité? La philosophie est-elle, au contraire, libre de toute appartenance de genre?

La richesse du dialogue transdisciplinaire permettra de dégager quelques enjeux éthiques, sociologiques, épistémologiques et ontologiques liés à la question Quid de la « femme » et du « féminin »?

Entrée : Gratuite. Réservation obligatoire (cathy.testelmans@uclouvain.be)

Lunch (biologique) : 7EUR Réservation obligatoire (cathy.testelmans@uclouvain.be)

Renseignements : (elen.diotte@student.uclouvain.be)

Télécharger le programme: CFEP Programme complet-version officielle

 


Séminaire « ontologie de la relation », E. Balibar, ULB, 23/11/2011

21 novembre 2011

Dans le cadre Séminaire doctoral en philosophie (2011-2012) « Qu’est-ce qu’une ontologie de la relation ? » (PHI – Centre de recherche en philosophie, http://phi.ulb.ac.be/), ce 23 novembre de 17 à 20h  (ULB, Solbosh, local H1301), Etienne Balibar (Paris/Irvine) donnera une conférence sur

Etre, Relation, Différence: de l’anthropologie à l’ontologie, et retour? Un commentaire de la VIème Thèse sur Feuerbach de Marx,

Répondants : Thomas Berns, Louis Carré et Edouard Jolly.

 

Consulter l’ensemble du programme du séminaire: Séminaire doctoral en philosophie affichette

 

Par ailleurs, dans le cadre de la Chaire Marcel Liebman 2011-2012, Étienne BALIBAR fera 8 heures de cours public sur : DROITS DE L’HOMME ET POLITIQUE

I – Droits de l’Homme et politique. Les trois âges de la critique II – Homme, Bourgeois, Citoyen : Marx entre deux révolutions III – « Droit aux droits » et « Citoyenneté sociale ». Une confrontation entre Arendt et Marshall IV – Etranges ennemis. Du droit des frontières à la frontière du droit

Les lundi 21 novembre, mardi 22, jeudi 24 et vendredi 25 novembre 2011 de 18h à 20h à l’ULB, Auditoire Lameere (S.UB2-252A) – square du Groupe G, 1050 Bruxelles


Edouard Jolly, «  »La Terre ou la bille bleue. Anders face à l’imagerie technique et sa Wortbildung », FUSL, 25/11/2012

17 novembre 2011

La seconde conférence de l’année 2011-2012 du Centre Prospéro. Langage, image et connaissance aura lieu le vendredi 25 novembre à 10h30. Edouard Jolly (Université de Lille-III) présentera une conférence intitulée :

« La Terre ou la bille bleue. Anders face à l’imagerie technique et sa Wortbildung ».

Edouard Jolly achève actuellement une thèse de doctorat en philosophie consacrée à la pensée de la technique de Günther Anders.

La conférence a lieu au local P61 (FUSL, 43, Boulevard du Jardin Botanique, 1000 BXL, 6ème étage).


%d blogueurs aiment cette page :