Séminaire interuniversitaire de logique et philosophie du langage

30 septembre 2015

Thématique du projet

Le projet vise à explorer la pertinence et les avantages théoriques potentiels des sémantiques relativistes sur les modèles classiques propositionnalistes dans les débats linguistiques, logiques, et philosophiques concernant la transparence cognitive des contenus sémantiques. Un contenu est transparent si un penseur ou locuteur compétent peut l’identifier et le distinguer de tout autre contenu par la seule introspection, sans passer par une enquête empirique. Les théories relativistes évaluent les contenus de nos énoncés ou pensées à des mondes centrés, consistant en un monde possible w et un centre c dans ce monde. Elles permettent ainsi de distribuer les différentes composantes des conditions de vérité sur deux niveaux : le contenu et la circonstance d’évaluation. Ce que nous souhaitons explorer en détail, c’est l’idée novatrice selon laquelle la circonstance d’évaluation (plutôt que le contenu) peut être référentielle, c’est-à-dire centrée sur un référent. Si elle est viable, cette idée promet de réhabiliter la thèse de la transparence des contenus tout en préservant les nouvelles orthodoxies externalistes : on pourrait avoir des contenus qui ne sont jamais en eux-mêmes référentiels, et restent purement descriptifs ou qualitatifs, et en même temps des conditions de vérité qui sont externalistes, et dépendent essentiellement de l’environnement. C’est le cas quand le contenu d’un énoncé ou d’une pensée empirique, qui porte sur notre environnement, doit être évalué relativement à cet environnement, ou monde centré. Ce modèle comme sa famille relativiste
seront explorés tous azimuts. Ses succès explicatifs, ses fondements théoriques, son champ d’application, et ses limites seront éprouvés collectivement au travers d’analyses linguistiques, logiques, et philosophiques.

Programme du premier quadrimestre

Jeudi 1/10/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local UA4.222)
Bruno Leclercq (ULg)
« Sens et référence : topo historique et cahier des charges »
Abstract

Mardi 6/10/2015 de 15h à 17h à l’ULB
Manuel García-Carpintero (Universitat de Barcelona)
« Do names semantically behave like common nouns ? »
Abstract

Jeudi 22/10/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local NB2.VIS)
Grégory Bochner (FNRS-ULB)
Titre à déterminer

Jeudi 29/10/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local NB2.VIS)
Isidora Stojanovic (Institut Nicod)
Titre à déterminer

Jeudi 5/11/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local NB2.VIS)
Sébastien Richard (ULB)
« Significations subjective et objective dans la tradition autrichienne : Twardowski, Meinong, Husserl et Ingarden »

Jeudi 19/11/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local NB2.VIS)
François Recanati (Directeur de l’Institut Nicod)
Titre à déterminer

Jeudi 3/12/2015 de 14h à 16h à l’ULB (local NB2.VIS)
Valeriya Chasova (UCL)
« Détermination de la référence dans les contextes épistémiques »
Abstract

Jeudi 10/12/2015 de 14h à 16h à l’ULB
Filipe Drapeau Viera Contim (Université de Rennes)
« L’a priori contingent induit par les noms « descriptifs » »
Abstract

Publicités

Mardis intimes de la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale, UCL

30 septembre 2015
Les mardis intimes de la Chaire Hoover (Mich) consistent en des rencontres plus informelles sur des thèmes plus techniques. Ils ont lieu tous les mardis à 12h45.

Les mardis intimes se déroulent le mardi de 12h45 à 13h55 précises.
À la Salle Vivès  (D-305, Place Montesiqueu 3, Louvain-la-Neuve).
Aucune inscription préalable n’est requise. Accès gratuit. Le responsable est Philippe Van Parijs

Désobéissance civile: en finir avec la posture défensive
Mardi 6/10/15, 12h45-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN

Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Manuel CERVERA-MATZAL
Face à l’émergence puis à la démultiplication des actions de désobéissance civile (mouvements des droits civiques, Greenpeace, Faucheurs d’OGM…), plusieurs philosophes politiques ont soulevé la question de la légitimité de telles actions. Si désobéir à un régime dictatorial est légitime, voire même nécessaire, le problème est bien différent dans le cadre d’un régime démocratique. En effet, pourquoi enfreindre la légalité alors que la démocratie se caractérise justement par le fait d’offrir aux mécontents des moyens de contestation légaux comme la manifestation, la pétition et le boycott ? Qui plus est, si chacun est libre de transgresser une loi au seul motif qu’il la juge injuste, la société ne risque-t-elle pas de glisser vers le chaos généralisé ?
Tels sont donc les termes dans lesquels la pensée conservatrice a posé le débat : « la désobéissance civile est-elle légitime au sein de nos régimes démocratiques ? ». Face à cette interrogation, la réaction naturelle des défenseurs de la désobéissance civile est d’apporter différents arguments illustrant le caractère inoffensif – voire bénéfique – de la désobéissance civile. Je proposerai une autre réponse, plus radicale : ne plus s’excuser de désobéir, ne plus se plier au jeu des adversaires qui exigent des désobéissants qu’ils fournissent une justification de leurs actes. En finir avec une posture défensive. Ceux qui prennent la peine de légitimer leur désobéissance adhèrent inconsciemment au présupposé de leurs adversaires : à savoir que nous serions en démocratie et que, par conséquent, dans le conflit de légitimité qui oppose l’ordre juridique aux désobéissants civils, la charge de la preuve pèserait sur les seconds. Il convient d’inverser les rôles, de mettre les juges sur le banc des accusés.

Faut-il des incorruptibles pour lutter contre la corruption?
Mardi 20/10/15, 12h45-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN
Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Marc-Antoine DILHAC (Université de Montréal)

Une théorie neutraliste de la tolérance est-elle plausible?
Mardi 20/10/15, 14h15-16h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN

Séminaire introduit par Marc-Antoine DILHAC (Université de Montréal). Commentaire par Laurent de BRIEY (UNamur & UCL)

Théorie de la justice ou sociologie des injustices ?
Mardi 27/10/15, 12h45b-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN
Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Jean-Pierre DERRIENNIC (Université Laval, Québec)
Dans une perspective plus proche de celle d’ Amartya Sen, que de celle de John Rawls, nos règles de justice doivent être justifiées de manière conséquentialiste et appliquées la plupart du temps de manière déontologique. Plutôt qu’une théorie de la justice on fait alors une sociologie des injustices, qui permet d’analyser plus clairement les rapports entre liberté et égalité, et d’imaginer des réformes concrètes des institutions économiques et politiques (Essai sur les injustices, Paris, Hermann, 2015).

Safe for Democracy: Why Criminals Should Keep their Voting Rights
Mardi 3/11/15, 12h45-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN
Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Andrei POAMA (Sciences Po Paris, visiteur Chaire Hoover)

Démocratie et espaces publics: formels, virtuels, physiques
Mardi 10/11/15, 12h45-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN
Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Patrick TURMEL (Université Laval, Québec)
Les théoriciens de la ville prennent parfois pour acquis, souvent de façon implicite, un lien de nécessité entre la présence d’espaces publics physiques en ville et la démocratie. Une position rarement bien étayée, mais qui s’appuie généralement sur de solides références philosophiques. La notion d’espace public est toutefois équivoque. Si les théoriciens de la ville entendent par espace public un lieu physique, la plupart des philosophes politiques l’entendent plutôt comme espace formel de délibération. La question qui nous intéresse est celle de savoir s’il demeure possible, au-delà de cette équivoque, de défendre la nécessité démocratique d’espaces physiques ouverts et accessibles, mais également celle de savoir si ces espaces peuvent être substitués sans perte démocratique par d’autres forums publics, notamment virtuels.

Freedom of the press – two conceptions
Mardi 24/11/15, 12h45-14h, Salle Vives, Dupriez D307, 3 Place Montesquieu, LLN

Mardi intime de la Chaire Hoover introduit par Markus MECKL, professeur d’histoire à l’université d’Islande (Akureyri)
Within Western democracies there exists a well-established agreement on the importance of a free press, since the nineteenth century it figures prominently in their constitutions. However, disagreement emerged as soon as the limits of freedom had to be defined. As much as everyone agreed on the necessity of having limits, there seemed to be no agreement on where these limits should be. The history of freedom of the press is a history of the debates on the limits and borders of a free press.
There is no “original meaning of freedom of the press,” a formula which gives thousands of search results on Google and is often used in order to give weight to an argument. Our modern understanding of freedom of the press is the result of different historical developments and philosophical ideas from the nineteenth century, which led to different limits for a free press. Personal rights and/or state interest have therefore different importance for the legal systems and perceptions in Germany and the English-speaking world.
These differences are explained by the fact that in the English speaking world John Stuart Mill’s argument for freedom dominated the debate while his justification based on Utilitarianism never prevailed in Germany. Not Mill but Kant’s ideas had a lasting impact on the German debate.

Lire le reste de cette entrée »


Lovanium Seminar in Ethics and Public Policy, « Utopian Thinking and Public Policy », UCL & KULeuven

30 septembre 2015
Un séminaire de troisième cycle, Ethics and Public Policy Seminar, organisé en collaboration entre l’UCL et la KULeuven.

Lovanium Seminar in Ethics and Public Policy 2015-16
« Utopian Thinking and Public Policy »

Frank Vandenbroucke (KU Leuven), Toon Vandevelde (KU Leuven), Philippe Van Parijs (UCL)

This seminar jointly organized by the UCL and the KU Leuven focuses on a special theme that changes from year to year. In takes place on four Fridays in each semester, from 10.30 am to 5pm, alternatively in Leuven and Louvain-la-Neuve. In the first semester, it hosts guest speakers from various relevant disciplines. In the second semester, it consists in a presentation and discussion of papers by the students who take the course for credit.
Past themes include global justice, migration, justice and democracy, the ethical limits of the market, justice in health care, the neutrality of the state, exploitation, discrimination and exclusion, social justice in the European Union, varieties of federalism and their philosophical justifications, justice between genders, ethnic groups and generations. In 2015-16, the seminar will be one of the many activities that fit within the « utopia year » organized by both universities on the occasion of the 500th anniversay of the publication in Louvain/Leuven of Thomas More’s Utopia. The topic will be: Utopian thinking and public policy.

Programme for the first semester

16 October: LLN, LECL 93, salle du conseil ESPO, 1 Place Montesquieu
10.30-13: Contemporary political philosophy (selective and personal introduction by Philippe Van Parijs, UCL)
14-15.45: Christophe Vielle, Guido Latré and Charles-Henri Nyns (UCL) on 16th century Louvain and the context of the publication of More’s Utopia
16-17: Utopian thinking and public policy (introduction to this year’s theme by Philippe Van Parijs, UCL)

13 November: Leuven, Raadzaal HIW, 2 Kard. Mercierplein

10.30-13: Jan Opsomer and Geert Roskam (KU Leuven) on utopian thought in Antiquity
14-15.30 : Andrea Robiglio (KU Leuven) on More’s Utopia and its context
15.45-17 : Stéphane Symons (KU Leuven) on the place of utopia in Walter Benjamin and the Frankfurt School

27 November: LLN, LECL 93, salle du conseil ESPO, 1 Place Montesquieu
10.30-13: Manuel Cervera-Marzal (EHESS, Paris, and Hoover Fellow UCL) on Miguel Abensour and utopian thinking in contemporary France
14-17:
Edoardo Traversa (UCL) on the gradual emergence of today’s tax sytems
Toon Vandevelde (KU Leuven) on utopian theories of inheritance taxation
Jorgen Pedersen (University of Bergen, Hoover Fellow UCL) on inheritance taxation in liberal egalitarian theories of distributive justice

4 December: Leuven, Raadzaal HIW, 2 Kard. Mercierplein
10.30-13:
Fernand Tanghe (UA) on utopia and socialism
Walter Van Trier (UGent) on utopia and welfare state reform
14-17 :
Bea Cantillon (UA), Erik Schokkaert and Frank Vandenbroucke (KU Leuven) on whether there is a role for utopian thinking in today’s socio-economic policy
Each student taking the seminar for credit will need to write a papers of maximum 7000 words and present it to the class in the second semester (presentation of 20 minutes followed by 20 minutes for discussion, with the outline on a handout to be made available to the audience). Students will be evaluated on the basis of their paper, their presentation and their active participation in the seminar.


Année Louvain des utopies pour le temps présent 2015-2016

30 septembre 2015

La cérémonie de rentrée académique de l’UCL a lancé officiellement l’Année Louvain des utopies pour le temps présent.

Une brochure contenant les grandes lignes du programme du premier semestre peut être téléchargée.

Un calendrier couvrant l’ensemble de l’année est également disponible et sera complété à mesure que les projets se précisent.

Une newsletter annonçant régulièrement les prochaines activités organisées dans le cadre de l’Année des utopies peut vous être envoyée sur simple demande par l’envoi d’un mail à l’adresse utopies@uclouvain.be (sujet : « newsletter »).


Alexandre Guay & Olivier Sartenaer, Séminaire doctoral en philosophie des sciences, UCL, 2ème quadrimestre

26 septembre 2015

« L’émergence dans les sciences de la matière : physique, chimie et biologie »

La première séance est planifiée pour le lundi 1er février à 16h15, et le séminaire sera hebdomadaire à partir de là.

Plus d’informations : LIPS3200 – Programme


Mylène Baum, Séminaire Europè, Colloque « Bloch : l’Utopie comme réponse au nihilisme », UCL, 9/11

24 septembre 2015

 

ernst bloch HQ-3

 

Lectures suggérées pour la  préparation des questions aux invités :

Ernst Bloch, L’Esprit de l’utopie (1923), Le Principe Espérance (vol 1 à 3) et La Philosophie de la Renaissance (petite bibliothèque Payot, 1974)

Marx, Socialisme utopique et socialisme scientifique

Lettre de Marx à Engels du 15 mars 1868, Utopisme et communauté de l’avenir

Walter Benjamin, Le Livre des passages et Sur le concept d’histoire

Levinas, « Sur la mort dans la pensée de Ernst Bloch » dans De Dieu qui vient à l’idée (Vrin, 1982)

Peter Thomson and S. Zizek, The privatization of hope and the future of Utopia (ed SIC, 2014)

Ivan Boldyrev, Ernst Bloch and his contemporaries. Locating utopian messianism (Bloomsbury)

 


Colloque « The Genesis of Concepts and the Confrontation of Rationalities », UCL, 7-9/10

24 septembre 2015
Colloque organisé conjointement par la Faculté de Théologie, l’Institut Supérieur de Philosophie, l’Institut de recherche Religions, spiritualités, cultures, Sociétés (RSCS), le Department of Theology, Loyola University, Chicago, avec l’aide du Peter Kindekens Fund for the American College.
Le programme : Programme_PKF
Pour plus de renseignements, voir le site de l’Institut Supérieur de Philosophie (UCL)

%d blogueurs aiment cette page :