Appel à contributions, Colloque « Que fait l’artification au concept d’art ? Approches philosophiques », UCL, 25-26/01/18

19 juin 2017

Titre : « Que fait l’artification au concept d’art? Approches philosophiques »
Lieu et dates : 25 et 26 janvier 2018, Louvain-la-Neuve, ISP.
(Programme complet sera publié à l’automne.)
Date limite d’introduction des propositions : 15 septembre 2017.
Adresse d’envoi : danielle.lories[at]uclouvain.be
Argumentaire et modalités des propositions: Colloque Artification 25 et 26 janvier 2018 appel à contribution doctorants.
Cette activité peut être comptabilisée comme participation à un séminaire spécialisé/ ou à un colloque international dans le cadre des activités de formation doctorale (ED1).

Publicités

Colloque « Interdisciplinarité : discours et réalités », 27/10, ULB

24 octobre 2016

« Bonjour,

Le 27 octobre 2016 sera organisé à l’ULB (campus Solbosch, salle AW1.120) un colloque intitulé « Interdisciplinarité : discours et réalités ».

Quelle est l’histoire de l’interdisciplinarité ? Que recouvre cette notion dans la pratique ? Quelles sont ses réussites, ses limites ? Quelles sont les expériences concrètes de recherche et d’enseignement à ce sujet ? Comment évaluer l’interdisciplinarité dans des projets de recherche alors que le classement en disciplines est souvent dominant dans les institutions académiques ? Faut-il prendre des mesures spécifiques pour soutenir l’interdisciplinarité ?

La participation au colloque et au repas (sandwiches) de midi sera gratuite mais une inscription préalable est obligatoire. Les inscriptions seront clôturées le 24 octobre. Elles se font en ligne sur le site http://penserlascience.ulb.ac.be/où vous trouverez également le programme complet du colloque.

N’hésitez pas à transmettre ce courriel aux personnes potentiellement intéressées.

Le comité organisateur : Philippe Baret, Marek Hudon, Cécile Moucheron, Antoine Nonclercq, Benoît Timmermans, Edwin Zaccai

Ce colloque est organisé dans le cadre des Séminaires Ilya Prigogine « Penser la science ».


Appel à contributions, colloque sur le cosmopolitisme dans l’idéalisme allemand, 19-20/01/2017, Technische Universität Berlin

27 septembre 2016

« Chers Collègues,

Veuillez recevoir un appel à contribution pour un colloque international sur le cosmopolitisme dans l’idéalisme allemand, que nous organisons avec le Professeur Christoph Asmuth à la Technische Universität Berlin, les 19 et 20 janvier 2017. Les conférences seront données en allemand et en anglais.

Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et les informations pratiques.

Au plaisir de recevoir vos propositions et de vous y retrouver nombreux.

Bien cordialement

Quentin Landenne

15. Tagung des internationalen Forschungsnetzwerkes
Transzendentalphilosophie/Deutscher Idealismus
Technische Universität Berlin, 19.-20. Januar 2017

Weltbürgerliche Perspektive und nationale Weltansichten

Die Dialektik des Kosmopolitismus in der deutschen klassischen Philosophie

Die heutige Krise der Europäischen Union ist nicht nur eine Systemkrise der wirtschaftlichen Regulierung oder eine Legitimationskrise der politischen Institutionen; es ist auch primär eine philosophische Krise unserer begrifflichen Modelle. Die europäische Konstruktion als institutionalisierter Prototyp des modernen Kosmopolitismus, ist noch immer weitgehend nach dem Muster der Nationalstaatlichkeit gedacht, sei es um sie auf eine internationale Organisation souveräner Nationen zu reduzieren oder um sie in einen europäischen Superstaat umzuwandeln. Diese Spannung zwischen der weltbürgerlichen Absicht der EU und den nationalen Weltansichten ist aber kein beiläufiges Stolpern einer ansonsten
erfolgreichen Geschichte; sie hat vielmehr tiefe philosophische Gründe.

Weltbürgertum und Nationalstaat haben ja bekanntlich die gleiche Geburtsstunde, nämlich in jener Epoche, in der die bürgerlichen Revolutionen gleichzeitig die jeweiligen Nationen konstituieren und dem europäischen Kontinent den Weg eines neuen gemeinsamen Schicksals eröffnen: Während die *Welt* selbst – ein Begriff, der nie so vielfältige Verwendung gefunden hat wie in dieser Zeit (Weltgeschichte, Weltliteratur, Weltbürgertum, Weltrepublik, Weltansicht, usw.) – als eine neue Dimension des Politischen und des Rechts entsteht, übernimmt die *Nation* europaweit die Funktion einer unabdingbaren politischen und kulturellen Voraussetzung moderner Staatlichkeit. Hinter diesem weder zufälligen noch bedeutungslosen gleichzeitigen Auftreten auf der politischen Bühne der Geschichte Europas spielt sich zugleich eine *philosophische Dialektik *ab. Charakteristisch verdichtet zeigt das in der Wende vom 18. zum 19. Jahrhundert vor allem in der klassischen deutschen Philosophie und in der Romantik.

Schon bei Kant, dem mutmaßlichen Vater des modernen Kosmopolitismus, lässt sich die Vielheit der Staaten nicht unmittelbar in eine Weltrepublik
aufzulösen; stattdessen schlägt er vor, die republikanisch organisierten nationalen Gemeinschaften in ihrer Verschiedenheit anzuerkennen und in einen freien Völkerbund zu integrieren. Die Absicht einer allgemeinen rechtlichen Weltordnung wäre also einzig durch die Pluralität und Besonderheit der Staaten zu erreichen und lässt sich anders gar nicht denken. Gleiches gilt für Fichte: Ihm zufolge müssen die charakteristischen Eigenschaften der vielfältigen Völker als Ausdruck der geistigen Natur der Menschheit geachtet werden. Sie sollen zur Verwirklichung einer vielseitigen Kultur der Freiheit beitragen, sodass der Kosmopolit immer auch ein Patriot und umgekehrt der Patriot immer Kosmopolit sein soll. In dieser Hinsicht, bei Fichte wie bei Lessing, Herder, Goethe oder Schlegel, erscheinen Kosmopolitismus und Nationalismus, bzw. Patriotismus nicht mehr als Gegensätze, sondern eher als *wechselseitige Aspekte* ein und derselben politischen Haltung, ein und derselben geschichtlichen Dynamik. Darüber hinaus hat Humboldt die Idee entwickelt, dass die Einheit der menschlichen Sprachgemeinschaft nur durch die Eigentümlichkeiten der vielen Nationalsprachen als spezifische Weltansichten einen Sinn haben können.

Eine solche *Dialektik der kosmopolitischen Perspektivität* nimmt sich in einem harmonischen Pluralismus doch nicht so leicht und schön aus. Von Anfang an droht dieser Dialektik die Gefahr sich aufzulösen, indem die zwei Perspektivpole ihre begriffliche Spannung verlieren und sich die Pole in ihrer Beziehung aufeinander trennen, einerseits auf dem Weg eines nationalen und kulturellen Partikularismus, andererseits in der Form eines religiösen (Novalis, Eichendorff) oder rationalen (Fichte) Universalismus. Es stellen sich dabei unter anderen Fragen der besonderen Rolle Deutschlands, des Status Europas, der Funktion der Nation als Identitätsstruktur und Integrationsmuster, der Grenze der Volksouveränität, der Spannung zwischen Anerkennung und Konflikt, der individuellen Aufgabe des Kosmopoliten, des Kerns des Weltbürgerrechts oder der Bedeutung der Grenzen in dieser kosmopolitischen Dialektik.

Es soll geprüft werden, inwiefern die Durchdringung der begrifflichen Spannungen des Kosmopolitismus in der klassischen deutschen Philosophie
erhellend für die heutige Situation sein kann; eine Situation, in der die Gesellschaften in einen immer breiteren Prozess der Globalisierung eingetreten sind, eine Situation, in der die Rolle des Nationalstaates zunehmend relativiert wird, während gleichzeitig die normative Idee des Kosmopolitismus in eine tiefe Legitimationskrise geraten ist und durch das Wiedererstarken des Nationalismus unabweislich herausgefordert ist.

Ziel der Tagung ist es, die vielfältigen Ansätze zum Thema der weltbürgerlichen Perspektive im Spannungsfeld nationaler Weltsichten zu Wort kommen zu lassen. Wie immer bestimmen die Interessen der Beiträger das Programm der Tagung. Kluge halbstündige Beiträge, die gewillt sind, philosophische Gemeinplätze durch neue Perspektiven zu überwinden oder mit überraschenden Thesen neu anzufangen, sind herzlich eingeladen, die Tagung mitzugestalten. Dafür wird bis zum 31. Oktober 2016 eine knappe, etwa 250 Wörter umfassende Skizze auf Deutsch oder Englisch an untenstehende Adresse erbeten. Da die Früchte der Tagung in einer attraktiven Publikation aufgehen sollen, möchten wir um rechtzeitige Anmeldung bitten. Wir streben an, das Feld möglichst umfassend und systematisch in Tagung und Publikation abzubilden.

Ort der Tagung:
Technische Universität Berlin
Hardenbergstrasse 16-18
10623 Berlin
Raum HBS 005

Datum:
Donnerstag 19. – Freitag 20. Januar 2017

Eine Veranstaltung des internationalen Forschungsnetzwerkes
Transzendentalphilosophie /Deutscher Idealismus in Zusammenarbeit mit dem
Innovationszentrum Wissensforschung

Quentin Landenne
Christoph Asmuth

Email an: qlandenne[at]gmail.com »


Colloque « Les concepts fondamentaux de l’herméneutique de la facticité de Heidegger », 22-23/09, UCL-ULB-ULg,

6 septembre 2016

« Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s collègues,

Veuillez trouver ci-dessous le programme du colloque « Les concepts fondamentaux de l’herméneutique de la facticité de Heidegger », organisé conjointement par l’UCL, l’ULB et l’ULg, qui se tiendra à Louvain-la-Neuve le 22 septembre et à Bruxelles le 23 septembre prochains.

 

Jeudi 22 septembre 2016 –  Université catholique de Louvain (Place du Cardinal Mercier 14, 1348 Louvain-la-Neuve ; Salle Ladrière)

10h00 : Présentation de la journée

Session « Projet d’une science originaire »

10h15 : Sophie-Jan Arrien (Université Laval, Québec). L’idée de la science pré-théorique originaire (KNS 1919)

11h00 : Francisco De Lara Lopez (Pontificia Universidad Catolica de Chile). Urwissenschaft oder Ursprungswissenschaft ? Phänomenologische und politische Bemerkungen zu Heideggers frühe Philosophie

11h45 : Pause café

Session « Méthode formelle »

12h00 : Charlotte Gauvry (FNRS/ Université de Liège). Anticipation et concept formel

12h45 : Repas

14h00 : Lucilla Guidi (Technische Universität Dresden). Philosophie als Umwendung : die performative Dimension des formalen anzeigenden Begriffe in Heideggers frühe Schriften

Session « Phénoménologie herméneutique »

14h45 : Vincent Blok (Wageningen University). Heidegger’s Phenomenology of the theoretical attitude of philosophy

15h30 : Pause café

15h45 : Guillaume Fagniez (FNRS/Université libre de Bruxelles). Le concept de monde chez le jeune Heidegger

16h30 Paul Slama (Université Paris-Sorbonne). Le jeune Heidegger et la métamorphose pratique de l’intentionnalité

 

Vendredi 23 septembre 2016 – Université libre de Bruxelles (Campus du Solbosch – Av. Jeanne 44, 1050 Bruxelles ; Salle Henri Jeanne, Bâtiment S, 15e ét.)

Session « Phénoménologie de la vie »

9h30 : Ingo Farin (University of Tasmania). The Question Concerning Early Heidegger’s Life Philosophy

10h15 : Claudia Serban (Université Toulouse – Jean Jaurès). Le vécu, acte ou événement ?

11h00 : Pause café

11h15 : Masatoshi Sasaki (National Institute of Technology, Kochi College). Stimmung. Ein verborgener Grundbegriff der heideggerschen Hermeneutik der Faktizität

12h00 : Repas

Session « Philosophie de la religion »

13h30 : Mathieu Eychenie (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Les “expériences intérieures” du jeune Heidegger, lecteur d’Augustin et de Luther

14h15 : Gregory Floyd (Boston College). Proclamation of the Words: Heidegger’s Retrieval of the Language of Factical Life

15h00 : Pause café

15h15 : Sylvain Camilleri (Université catholique de Louvain). Facticité chrétienne et intersubjectivité

 

Contacts : Sylvain Camilleri (sylvain.camilleri[at]uclouvain.be), Guillaume Fagniez (gfagniez[at]ulb.ac.be), Charlotte Gauvry (c.gauvry@ulg.ac.be) »


Colloque international, « L’Éristique : Définitions, caractérisations et historicité », 9-10/09, ULB

1 septembre 2016

« Chers collègues,

Nous sommes heureux de vous annoncer la tenue du colloque international « L’Éristique : Définitions, caractérisations et historicité » à l’Université libre de Bruxelles (9-10 septembre 2016).

Veuillez trouver le programme ci-dessous.

Bien cordialement,

Geneviève Lachance et Sylvain Delcomminette »

Vendredi, le 9 septembre 2016

Session 1
9h30  : Accueil des invités et des participants
9h40-10h20
Geneviève Lachance (Université libre de Bruxelles)
« Éristique aux Ve et IVe siècles avant notre ère : une vue d’ensemble »
10h20-11h00
Marc-Antoine Gavray (Université de Liège)
« Protagoras et les discours renversants »
11h20-12h00
Francesca Pentassuglio (Università di Roma La Sapienza)
« L’éloge du silence : une polémique anti-éristique chez Eschine ? »
12h00-12h40
Jean-Baptiste Gourinat (CNRS, Université Paris IV, Centre Léon Robin)
« Mégariques, éristiques ou dialecticiens : sur une appellation d’origine incontrôlée »

Session 2
14h30-15h10
Nicolas Zaks (Université libre de Bruxelles)
« Éristique et réfutation socratique dans le Sophiste de Platon »
15h10-15h50
Paolo Crivelli (Université de Genève)
« The Sophist’s Appearance in Plato’s Sophist »
16h10-16h50
Dimitri El Murr (Université Paris I)
« Éristique et antilogique dans la République »
16h50-17h30
Aldo Brancacci (Università degli studi di Roma Tor Vergata)
« Langage, ontologie et éducation dans l’Euthydème »

Samedi, le 10 septembre 2016

Session 3
9h30-10h10
Marie-Noëlle Ribas (École normale supérieure de Lyon)
« Isocrate, critique des éristiques »
10h10-10h50
Juliette Lemaire (Centre Léon Robin)
« Aristote et l’éristique »
11h10-11h50
Paolo Fait (Oxford University)
« Protagoras’s legacy in Aristotle’s Sophistical Refutations »
11h50-12h30
Louis-André Dorion (Université de Montréal)
« Éristique et sophistique dans les Réfutations sophistiques d’Aristote »


Appel à communications, « La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? », 30/08-06/09/2017

28 juin 2016

« La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? » Colloque international, Cerisy-la-Salle, 30 août-6 septembre 2017, organisé par Marie Augendre  (marie.augendre[at]univ-lyon2.fr), Jean-Pierre Llored  (jean-pierre.llored[at]linacre.ox.ac.uk) et Yann Nussaume (nussaumeyann[at]yahoo.com).

Résumé de l’argument

L’anthroprocène met en cause le paradigme qui a guidé la modernité. C’est l’occasion d’en définir un autre. L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur l’anthropocène ; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité. La mésologie (l’Umweltlehre d’Uexküll, le fûdoron de Watsuji) se caractérise d’abord par une rupture radicale avec le dualisme mécaniciste. Pour la mésologie en effet, l’être humain n’est pas seul à être un sujet ; tous les vivants le sont à des degrés divers. L’environnement n’est donc pas une mécanique objectale, c’est l’interrelation complexe des mondes propres à tous ces sujets, pour chacun desquels la réalité n’est jamais un donné universel, mais un milieu singulier, lequel ne cesse de se construire corrélativement à ces sujets eux-mêmes. Le colloque sondera les perspectives ouvertes par ce paradigme, de la philosophie des sciences à l’aménagement humain de la Terre.

———-

 

Les auteurs souhaitant participer au colloque devront soumettre avant le 10 septembre 2016 un résumé en français de 800 signes de leur proposition de communication (espaces compris) s’inscrivant dans l’une des trois thématiques susdites. La sélection finale, effectuée parmi les propositions déposées, sera décidée par les membres du comité scientifique et du comité d’organisation pour le 30 septembre 2016.

Les auteurs dont les propositions seront retenues devront envoyer un article de 15 000 signes (soit 2500 mots, ou 6 pages) en français avant le 30 avril 2017 (un cadre type sera transmis). Il constituera une trame pour la présentation des intervenants qui durera 40 minutes et sera suivie de 20 minutes de discussion.

Dates limites du calendrier

 20 juin : diffusion de l’appel à communications
 10 septembre 2016 : réception des résumés
 30 septembre : sélection et diffusion de la liste des participants au CCIC
 15 mai 2017 : remise des articles complets
 Juin, juillet : circulation des textes et préparation des sessions
 30 août – 6 septembre 2017 : Colloque à Cerisy-la-Salle

Détails pratiques

Les résumés seront adressés aux trois directeurs du colloque à l’adresse suivante : mesologie.cerisy2017[at]protonmail.com. Les différentes inscriptions, la remise des articles complets et le règlement s’effectueront auprès du secrétariat du CCIC (Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, www.ccic-cerisy.asso.fr).

Le montant de l’inscription pour les 7 jours en pension complète est de 610 euros. Cette somme inclut la cotisation obligatoire à l’association des amis de Pontigny-Cerisy, de 50 euros, demandée dès réception de l’accord de participation des contributeurs. L’inscription comprend les frais de séjour sur place (nuitées et repas) et devra être versée au plus tard un mois avant le colloque. Un tarif préférentiel de 276 euros est prévu pour les personnes de moins de 28 ans. Les auteurs des conférences magistrales seront invités pour une à deux nuitées (veille et/ou jour de leur présentation).

Pour davantage d’informations, consultez le document Argument Cerisy_final.

 


%d blogueurs aiment cette page :