Cours-conférences, « Philosophie et religion : quelle articulation ? », UNamur

11 octobre 2016

« Chers Collègues,

L’Université de Namur, le Département de Philosophie et le Centre Universitaire Notre-Dame de la paix organisent une série de cours-conférences sur le thème Philosophie et religion : quelle articulation?

Programme :
11 octobre : Penser la religion entre philosophie et théologie – Benoît Bourgine (théologien, UCL)
25 octobre : Normes démocratiques et traditions religieuses – Xavier Dijon (juriste, UNamur)
8 novembre : Peut-on encore aujourd’hui trouver des raisons de l’existence de Dieu ?  – Paul Clavier (philosophe, École Normale Supérieure, Paris)
22 novembre : Approche anthropologique des religions – Marie d’Udekem-Gevers. (anthropologue, UNamur)
6 décembre : La question de l’origine entre création et commencement – Dominique Lambert (physicien et philosophe, UNamur)
13 décembre : Philosophie, religion et islam – Radouane Attiya (islamologue, ULg)

Les cours se donnent de 18h15 à 20h15.

LIEU : UNamur, Faculté de Philosophie et Lettres, Séminaire de Philosophie (L57), 1 rue Grafé, 5000 Namur

Contacts : Laura Rizzerio (laura.rizzerio[at]unamur.be)

La participation au cours est gratuite et ouverte à tous.

Laura RIZZERIO
Professeur
Département de Philosophie »

Publicités

Colloque « Handicap, citoyenneté et inclusion sociale », 15/11, UNamur

5 octobre 2016

Colloque international
« Handicap, citoyenneté et inclusion sociale »

Le mardi 15 novembre 2016 de 9h à 17h
À l’Arsenal (Université de Namur)
11, rue Bruno à 5000 Namur

Programme de la journéeprogramme-de-la-journee-de-colloque

Affiche de l’événementhandicap-citoyennete-affiche

Une organisation de :
L’Université de Namur, de l’Association de Recherche Actions en faveur des Personnes Handicapées (ARAPH asbl), de Psychologie, Aide Technique et Handicap (PATH asbl) et de la Revue Nouvelle.

Inscription : avant le 7 novembre sur : www.unamur.be/hcis.
Coût : 30 € (petit-déjeuner, lunch, cocktail et un exemplaire de la Revue Nouvelle n° 3/216)
Places limitées
Parking : à L’Arsenal

Stéphane LEYENS et Michel MERCIER


Séminaire, ARC « Philosophie critique de l’à-venir : temporalité, imagination, utopie », 2016-2017, FUSL-UNamur

15 septembre 2016

« L’ARC « Philosophie critique de l’à-venir : temporalité, imagination, utopie », qui réunit le Centre Prospéro. Langage, image et connaissance de l’USL-B et le Centre ESPHIN de l’UNamur, poursuivra ses travaux cette année avec un séminaire centré successivement sur deux ouvrages.

D’octobre 2016 à janvier 2017, le séminaire sera consacré à Idéologie et utopie de Karl Mannheim.

De février 2017 à mai 2017, le séminaire sera consacré à Utopiques : jeux d’espaces de Louis Marin.

Chaque séance comprendra un exposé d’un membre du Centre Prospéro et un exposé d’un membre d’ESPHIN.

Voici l’agenda d’octobre 2016 à janvier 2017 (toutes les séances ont lieu de 14 à 17 h) :

28 octobre 2016, USL-B, local 4015 : Anne Bardet (Prospéro) et Louis Carré (ESPHIN)
25 novembre 2016, UNamur, local L31, : Sylvaine Gourdain (Prospéro) et Amaury Delvaux (ESPHIN)
16 décembre 2016, USL-B, local 4015 : Laurent Van Eynde (Prospéro) et Sébastien Laoureux (ESPHIN)
20 janvier 2017, UNamur, local L57 : Emilie Ieven (Prospéro) et Simon Wolfs (UNamur)

(Adresses des locaux : USL-B : 119 rue du Marais, 1000 Bruxelles ; UNamur : 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur)

Le programme de février à mai 2017 sera communiqué ultérieurement.

Laurent Van Eynde »


Journée d’étude consacrée aux lectures modernes et contemporaines de Hegel, 30/05, UNamur

30 mai 2016

« Bonjour,

Le Groupe de contact F.R.S.-FNRS « Recherches sur la philosophie de Hegel » et le Département de philosophie de l’UNamur organisent le 30 mai prochain une journée d’études consacrée aux lectures modernes et contemporaines de Hegel. Elle se tiendra au local L57 (5e étage, Faculté de philosophie et lettres, 1 rue Grafé, 5000 Namur).

Vous trouverez le programme de la journée ci-dessous.

Au plaisir de vous y voir !

Louis Carré »

PROGRAMME

9h30-10h30 : « Peut-on lire Hegel à travers Rousseau ? Notes sur la théorie philosophique de l’Etat chez Bosanquet », par Guillaume Lejeune
(ULg, FNRS)

10h30-11h30 : « Passage et espacement. L’enjeu de l’imagination dans la lecture derridienne de l’Aufhebung », par Sarah Ryckmans (UCL)

11h30-12h30 : « Derrida par Hegel : dialectique et différance », par Amaury Delvaux (UNamur, FNRS)

14h-15h : « Hegel after Sellars: Normativity and perceptual experience », par Luca Porti (Universität Bochum)

15h-16h : « ‘Un concept modifié de la dialectique’. Adorno et les trois lectures de Hegel », par Louis Carré (UNamur)

16h-17h : « À l’ombre de Hegel. Crise de la souveraineté, de la citoyenneté et différence dans la philosophie politique contemporaine », par Oriane Petteni (ULg, FNRS)


Journée d’étude « Phénoménologies de la temporalité, théories de l’historicité », 27/05, UNamur-FUSL

19 mai 2016

« Dans le cadre du projet de recherche ARC « Philosophie critique de l’à-venir. Temporalité, imagination, utopie », qui réunit l’Institut ESPHIN de l’Université de Namur et le Centre Prospéro. Langage, image et connaissance de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, nous avons le plaisir de vous inviter, le 27 mai prochain, à la journée d’étude « Phénoménologies de la temporalité, théories de l’historicité ».
En espérant avoir le plaisir de vous rencontrer à cette occasion.

Bien cordialement

Sébastien Laoureux (UNamur) & Laurent Van Eynde (USL-B) »
PROGRAMME

10h00 : Christophe Bouton (Université Bordeaux Montaigne) : « La théorie critique de l’histoire entre analytique existentiale et épistémologie historique : Heidegger, Koselleck et Ricoeur »

11h30 : Florence Hulak (Université de Paris 8) : « La connaissance historique est-elle une pratique intersubjective ? »

14h00 : Laurent Perreau (Université de Picardie Jules Verne) : « Le sens de l’histoire selon Husserl »

15h30 : Jean-Claude Monod (CNRS/UMR 8547, Archives Husserl) : « Temps du monde et crise de l’histoire – Husserl, Heidegger, Blumenberg »

Le lieu: Université de Namur, Salle du Conseil (6ème étage, Faculté de Philosophie et lettres, 1 rue Grafé, 5000 Namur).

ARGUMENT

– Le but de cette journée sera de croiser deux perspectives sur le temps et sur l’histoire tout comme de s’interroger sur leurs potentialités respectives. La première perspective s’inscrit dans la lignée des traditions phénoménologiques (Husserl) et herméneutiques (Heidegger et Gadamer). Elle consiste à appréhender le temps depuis le foyer des actes intentionnels d’un sujet qui, pour être constituant, n’en est pas moins profondément marqué en retour par la structure de la temporalité. La seconde découle des différentes théories de l’histoire qui, après avoir définitivement pris congé des philosophies de l’histoire, ont souhaité aborder la question du temps et de l’histoire à partir du travail historiographique. Depuis les réflexions de l’Ecole des Annales (Braudel, Bloch), de l’épistémologie historique (Canguilhem, Bachelard, Foucault) ou encore de l’histoire sémantique (Koselleck, Blumenberg, Jauss), l’histoire apparaît moins comme étant liée à l’expérience du temps vécu comme un processus dont la rationalité propre ne dépend pas ultimement d’une quelconque subjectivité. Il est vrai que ces deux perspectives s’accordent sur le fait que le temps historique n’est en rien assimilable au temps cosmologique. Le temps historique a ceci de spécifique par rapport au temps naturel qu’à travers lui se maintient un irréductible écart entre « le champ de l’expérience » et « l’horizon d’attente ». Il se manifeste au travers d’une conscience historique « au double sens de conscience de faire l’histoire et conscience d’appartenir à l’histoire » (Ricoeur). Néanmoins, l’historicité du temps est abordée différemment selon qu’on accentue en lui le temps vécu de la subjectivité ou le temps d’un processus de rationalité objective opérant pour ainsi dire dans le dos des consciences. L’objectif de cette journée sera dès lors de croiser ces deux perspectives et de questionner leur légitimité respective afin d’enrichir une série de débats autour du temps et de l’histoire. Qu’en est-il de la continuité et de la discontinuité du temps historique à partir de ces deux approches ? Comment comprendre à partir d’elles la dialectique entre le structurel et l’événementiel, entre le synchronique et le diachronique ? Il s’agira également de prendre au sérieux les différentes tentatives de concilier ces perspectives phénoménologiques et historiographiques, à l’instar par exemple des idées avancées, d’une part, par Paul Ricoeur, de placer le récit dans l’entre-deux du temps vécu et du temps historique et, d’autre part, par Jan Patocka, de comprendre l’historicité à partir de l’émergence d’une problématicité venant mettre à mal notre rapport « naturel » au monde.


Appel à candidatures bourse doctorale, « Philosophie critique de l’à-venir. Temporalité, imagination, utopie », UNamur

28 avril 2016

Au département de Philosophie de l’Université de Namur, une bourse doctorale est à attribuer dans le cadre du projet ARC inter-universitaire
« Philosophie critique de l »à-venir’. Temporalité, imagination, utopie » (UNamur et USL-B) dirigé par les Profs. S. Laoureux et N. Monseu pour l’UNamur et L. Van Eynde et I. Ost pour l’USL-B.

Ce projet ARC comporte trois axes : Temporalité, imagination et utopie. La recherche du ou de la candidate devra se déployer plus particulièrement dans l’axe « Temporalité » qui vise à étudier les différentes modalités de la /puissance/ critique générée par la dimension projective de notre temporalité vécue, que ce soit individuellement ou collectivement. Dans cette perspective, une attention portée aux enjeux philosophiques de la rencontre de la phénoménologie et de l’herméneutique sera particulièrement appréciée.

Le travail du ou de la candidate s’inscrira dans la dynamique collective du projet ARC (participation au séminaire de recherche, tâches organisationnelles, etc.). Il/Elle devra en outre répercuter ses travaux à la fois dans des colloques et des publications.

Condition d’admissibilité :
Titulaire d’un Master en Philosophie (ou justifier de sa réussite en 2016)
Durée : 1 an, renouvelable trois fois (48 mois au total).
Montant : env. 1800 EUR nets/mois.
Date limite de candidature : 1er août 2016.
Entrée en fonction : 1er octobre 2016.

Les dossiers sont à envoyer à : nicolas.monseu[at]unamur.be

Constitution du dossier :
1. une lettre de candidature (précisant entre autres l’adéquation du candidat au sujet qu’il envisage de traiter)
2. un CV détaillé accompagné d’un relevé de notes et (le cas échéant) d’une liste de publications
3. un projet de thèse succinct (3 pages + bibliographie indicative)
4. un exemple de production écrite (maximum 10 pages, publiées ou non, par exemple une partie du mémoire de Master)

Pour toute question : nicolas.monseu[at]unamur.be

Les résultats des candidatures seront connus à la fin du mois d’août 2016.


%d blogueurs aiment cette page :